Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Jérôme Dumont

Ce blog évoque la vie politique de la Meuse et de Verdun. Engagé dans le Nord meusien, je suis Conseiller Départemental de la Meuse (canton de Verdun 2)

Vers un retour à la IV ème République ?

 

Beaucoup d’analystes comparent la situation politique de notre pays à la crise des années 1930. Pourtant, je ferai plutôt une analogie avec la 4ème République (1946-1958). Pourquoi ?

« La scission des partis politiques »

Pour commencer, revenons sur cette période de notre histoire souvent méconnue. Sur le plan politique, régnait une instabilité gouvernementale chronique (renforcée par le scrutin à la proportionnelle !). Aucune majorité claire ne se dégageait et un gouvernement tenait, en moyenne, 6 mois ! Pour résumer, la France était gouvernée par une coalition centriste (droite et/ou gauche) avec « la 3ème force » constituée de tous les partis politiques à l’exception du parti communiste et des gaullistes . Avec la Guerre d’Algérie, le « régime des partis » se décompose puisqu’en 1956 toutes les formations politiques sont en état de scission (avec par exemple les radicaux divisés en 4 tronçons, l’UDSR de Mitterrand en 2, de même que les Républicains Sociaux de Chaban-Delmas.) C’est à cette époque que Jean Marie Le Pen fait son apparition sur la scène politique avec le mouvement poujadiste !

ASSEMB-1.PNG

Revenons maintenant à la situation actuelle.

Quel est l’état des forces politiques en France aujourd’hui?

A gauche, le parti majoritaire reste le PS mais il est divisé entre une gauche « social-démocrate » et une gauche plus radicale. Les divergences sont une nouvelle fois apparues cette semaine avec la fermeture des hauts fourneaux de Florange et la position à tenir vis-à-vis de Mittal. Entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg, le fossé me paraît important. Ajoutez-y une extrême gauche influente (de Mélenchon à Besancenot) et des Verts installés au Parlement et au gouvernement ! A droite, l’UMP, depuis la défaite de Nicolas Sarkozy, hésite entre une « droite décomplexée » et une position plus modérée, sans parler des différentes motions…. Les « incertitudes » nées du Congrès du 18 novembre, pourraient favoriser le retour du centre (cela reste à vérifier !) avec l’UDI. Enfin, le Front National consolide ses positions même si le rassemblement de Marine le Pen ne compte que 2 parlementaires.

 

Si on retrouve peu ou prou, les 4 gauches de Jacques Julliard (Les gauches françaises) et les 3 droites de René Rémond (Les droites en France), le clivage droite/gauche n’est plus forcément une ligne de démarcation. Certes, le contexte international était surement plus tendue (Guerre Froide, début de la construction européenne et crises coloniales) entre 1946 et 1958 mais e rapport des Français à la mondialisation et l’Europe dépassent largement les clivages idéologiques (rappelons-nous du référendum de 2005 !).

L’introduction (même à hauteur de 10%) d’une dose de proportionnelle aurait des conséquences fâcheuses sur la stabilité de notre régime politique.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Jérôme Dumont

Engagé dans le Nord meusien, je suis Conseiller Départemental de la Meuse (canton de Verdun 2).
Voir le profil de Jérôme Dumont sur le portail Overblog

Commenter cet article

Roger Cayzelle 09/12/2012 16:38

Vous avez raison Jerome mais notre constitution ne permet guère de rapprochements entre des partis républicains qui sont en fait plus proches qu' il n'ynparait ( par exemple entr l'ump"Fillon" et
le PS modéré ) C'est assez dommage .
Amitiés

Jérôme Dumont 13/12/2012 18:35



On devrait avant tout penser à l'intérêt général. Amitiés