Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Jérôme Dumont

Ce blog évoque la vie politique de la Meuse et de Verdun. Engagé dans le Nord meusien, je suis Conseiller Départemental de la Meuse (canton de Verdun 2)

Quelques réflexions sur "l'identité nationale"

Lundi 30 novembre, un débat sur l’identité nationale se tiendra au Centre Mondial de la Paix de Verdun . Je tenais à apporter quelques réflexions non exhaustives sur ce sujet. Quel projet de société voulons-nous pour la France de ce début de 21ème siècle ?

Il faut dans un premier temps constater qu’une crise de notre identité nationale existe depuis quelques années. Nous n’avons pas suffisamment compris les grands changements historiques de la fin du 20ème siècle. La fin de la Guerre Froide a mis à mal les différentes idéologies, notamment le communisme. De même, la désacralisation (René Rémond) est en œuvre depuis 1945 et la mondialisation économique, destructrice d’emploi nous fait peur.

Le repli identitaire ou communautaire en est une des conséquences.

J’ai été très surpris cette semaine par la réaction d’un de mes élèves. Il avait, je cite « honte d’être français et préférait de loin le pays d’origine de son grand père, l’Italie !

La Marseillaise sifflée dans les stades de football (à l’occasion des rencontres contre l’Algérie en 2001 quelques mois après la victoire « black, blanc, beur de 1998 !) et les émeutes de banlieue en 2005 n’en sont qu’un reflet.

A contrario, j’avais été frappé en 2006 lors de la Coupe du Monde de football en Allemagne de voir comment tout un peuple était derrière sa nation. Tous les Allemands avaient accroché des drapeaux sur leur voiture et sur leur balcon. Peut-on dire pour autant que nos voisins d’outre-Rhin renouent avec un triste passé ? Bien sûr que non.

La fin du service militaire, les difficultés de l’école républicaine et le manque de promotion sociale expliquent à mon sens la perte de repères de notre pays.

C’est pour ces raisons que nous devons être exigeants sur les valeurs et sur un legs commun. Le devoir et les lieux de mémoire, la langue française, la culture républicaine (Marianne, la devise, le drapeau….), l’école, la laïcité et bien d’autres encore sont autant d’héritages qui forment notre creuset.

Pour conclure, notre population «  ne croit plus en rien » et l’identité nationale peut être à l’initiative d’un projet commun fédérateur. Ce projet est à construire aujourd’hui  pour que « les jeunes de banlieue et de la ruralité profonde » soient fiers de vivre ensemble. A l’heure de la mondialisation et l’intégration à l’Union Européenne, comment réaliser cette synthèse ? En apportant une vision positive et dynamique de la nation et remettant en marche notre modèle républicain.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jérôme Dumont

Engagé dans le Nord meusien, je suis Conseiller Départemental de la Meuse (canton de Verdun 2).
Voir le profil de Jérôme Dumont sur le portail Overblog

Commenter cet article

Jean-Luc HUMBERT 30/11/2009 00:13


Bonjour Jérôme,

Pour apporter une maigre contribution à ton propos (et tu le verras, en occultant toute considération politique pour éviter que l'on se dispute), quelques éléments pour alimenter le "débat" :

L’identité nationale fait doute comme s’il y avait une nécessité d’en parler. Réfléchir sur la question peut être une bonne chose mais il tient de se méfier des débats théoriques qui reposeraient
essentiellement sur des questions sémantiques. Il faut faire attention au risque d’instrumentalisation de cette notion et privilégier la formulation de propositions concrètes (pour favoriser
l’intégration et la socialisation des personnes immigrées par exemple).

Le débat de fond n’est pas forcément pertinent parce que la « construction identitaire » est un mouvement perpétuel. Il tient à tout à chacun de se réapproprier cette notion en fonction de son
parcours personnel. L’identité n’est pas quelque chose d’immuable, c’est simplement la volonté de s’approprier des valeurs et des principes très forts, et la capacité à se les approprier dans son
propre univers de référence. L’identité est le choix d’une culture et d’un destin commun construit autour des fondamentaux que sont la liberté, l’égalité et la fraternité. La spécificité de
l’identité française tient de sa dimension évolutive.

L’identité française est également caractérisée par son ouverture qui prend en compte au fil du temps des sensibilités de chacun (linguistiques, religieuses, sociales, etc.). L’identité française
n’est ni plus ni moins qu’un cadre référentiel construit à partir d’évènements, de personnages historiques ou des modes de régulation de nos institutions, et non par rapport à une communauté ou le
droit du sang.

Ouvrir le débat ne doit pas être la recherche de l’écriture d’une formalisation de la notion d’identité. Le risque serait de mettre des frontières là où il n’y en a pas. Le vrai enjeu du débat doit
être l’accueil descend des personnes qui arrivent sur le territoire comme nous l’avons toujours fait.

Enfin, dans un contexte de construction européenne, la notion d’identité nationale est-elle révolue ? Quelle est réellement la place de l’identité française dans l’Europe ? Le débat sur l’identité
nationale ne doit-il pas être mené indépendamment des valeurs de la France que tout le monde connaît et reconnaît ? Pourquoi conforter les idées républicaines ? Est-ce une nécessité et/ou une
priorité pour les français ?