Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Jérôme Dumont

Ce blog évoque la vie politique de la Meuse et de Verdun. Engagé dans le Nord meusien, je suis Conseiller Départemental de la Meuse (canton de Verdun 2)

70ème anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940

de-gaulle-18-juin.jpgVendredi prochain, j’aurai la chance de me rendre à Colombey les Deux Eglises pour assister au 70ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940.

Depuis quelques semaines, de nombreux auteurs, des hommes politiques publient des livres ou des tribunes sur la portée de cet événement. Des reportages sont diffusés à la télévision sur cet événement historique.

Que représentent aujourd’hui l’appel 18 juin 1940, de Gaulle et le gaullisme pour notre génération marquée par des crises économiques successives depuis 1973?

En premier lieu, en tant que professeur d’histoire, je ne peux être que fasciné par la personnalité de ce général qui a tenu tête à tous les conservatismes durant toute sa vie publique. Je retiendrai donc le discours de l’homme qui a dit non ! « Rebelle par destination, un insurgé par l’essence et la structure » selon son biographe Jean Lacouture, il est celui qui conteste les hiérarchies militaires (la stratégie militaire), l’effondrement militaire (la guerre n’est pas finie) et la désintégration de l’Etat (l’armistice et la collaboration) avant tout le monde!

Historique, l’appel du 18 juin (puis ses différents discours, notamment ceux de la Libération de Paris en 1944 ou de Bayeux) a donné naissance au gaullisme. Plus qu’un mouvement politique, de Gaulle a toujours été opposé à ce qu’il appelait « le régime des partis », le gaullisme, c’est une idée de la France qui rassemble, qui résiste et qui gagne.

Passionné par son action, son œuvre (ses livres sont rassemblés dans la Pléiade) et sa vie politique, j’ai toujours considéré que le gaullisme était « mort » en 1970 (voire 1974 avec le décès de Georges Pompidou). Certes, des hommes politiques ont tenté de s’octroyer son héritage mais toute son action a été marquée par un pragmatisme face aux événements. Si Jacques Chirac me semble plus proche du radical-socialisme, Nicolas Sarkozy, comme l’a démontré récemment Alain Duhamel, aurait une filiation avec  Bonaparte période Consulat. Personne ne peut dire quelle politique il aurait conduit avec la mondialisation ou la construction européenne.

 

Des idées (la participation, la politique industrielle), des valeurs (la France éternelle, la Nation, la République, l’honnêteté intellectuelle, le refus des conservatismes), une figure historique et littéraire, voilà ce qu’incarne à mes yeux Charles de Gaulle.

Il faut se servir de ce glorieux passé pour construire un avenir où l’action, le courage et le volontarisme politique reviendront au centre de l’échiquier politique.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Jérôme Dumont

Engagé dans le Nord meusien, je suis Conseiller Départemental de la Meuse (canton de Verdun 2).
Voir le profil de Jérôme Dumont sur le portail Overblog

Commenter cet article

Anne FEBVAY 16/06/2010 14:16


C'est un très bon article, digne de faire un écho dans l'Est Républicain !